Show simple item record

dc.contributor.authorTechnical Centre for Agricultural and Rural Cooperation
dc.date.accessioned2015-03-19T14:19:27Z
dc.date.available2015-03-19T14:19:27Z
dc.date.issued2008en_US
dc.identifier.citationCTA. 2008. D'autres innovations en microfinance : les crédits pèlerinage et scolarité. Programme de radio rurale 08/4. CTA, Wageningen, The Netherlands.en_US
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10568/59708
dc.descriptionD’autres innovations en microfinance : les crédits pèlerinage et scolarité Introduction suggérée La microfinance ne se limite plus aujourd’hui à l’octroi de microcrédits aux plus pauvres mais aussi à la fourniture d’un ensemble de produits financiers très diversifiés à tous ceux qui sont exclus du système financier classique ou formel : c’est ainsi qu’on voit des institutions offrir maintenant des services tels que les transferts d’argent et la microassurance. Mais ces services sont cependant encore assez rares et certaines institutions préfèrent diversifier leurs services en accordant un prêt spécifique destiné à un usage particulier. C’est le cas de la MECREF, une mutuelle féminine au Niger, qui accorde des crédits à ses membres pour partir en pèlerinage ou payer la scolarité des enfants. Sa présidente, Madame Katangué Mariama, répond aux questions de Moumouni Hamado. Début de la bande : « C’est une promotion qu’on a voulu mettre en place …» Fin de la bande : «…donc ça va de 500 000 à cinq millions. » Durée de la bande : 3’32 Annonce de fin : Cette émission vous était proposée par le CTA. Transcription Katangué C’est une promotion qu’on a voulu mettre en place, au moment où le pèlerinage arrive, donc il y a des femmes qui veulent y aller et elles n’ont pas assez d’argent donc c’est pourquoi on a instauré le crédit pèlerinage ; donc ça permet aux femmes vraiment d’aller faire leurs prières dans les lieux saints, soit la femme prend un crédit pour acheter son billet et subvenir à ses besoins là-bas, soit c’est un complément, elle a déjà son billet et c’est un complément qu’elle voudrait. Hamado Généralement quel est le taux qui est alloué à la femme ? Katangué Bon le taux qui est alloué à la MECREF, c’et un taux pour tout le monde donc on a à la MECREF un taux dégressif de 20% qui, quand il est converti en taux linéaire, il va dans la proportion de 11,26 ou 11,27 %. Hamado Jusqu'à quel montant êtes-vous limité ? Katangué Bon … on peut donner jusqu’à cinq millions ? Hamado Quelles sont les conditions? Katangué Bon les conditions … d’abord il faut être membre de la MECREF depuis au moins trois mois. Ensuite, quand c’est un premier crédit, vous donnez 30% du montant que vous voulez et ensuite vous donnez une garantie de 70% en matériel. Donc peut-être c’est un acte de cession ou bien une concession, etc. Hamado Mais quel type de femmes peut bénéficier du crédit pèlerinage ? Katangué Les femmes salariées, les femmes aussi qui font le commerce et les femmes entrepreneurs aussi. En tous cas n’importe quelle femme parce que ça dépend de la solvabilité de la femme en fait, donc n’importe quelle femme, il n’y a pas de spécificité. Hamado Que ce soit la femme du milieu urbain ou la femme du milieu rural ? Katangué Oui, que ce soit urbain ou rural, elle peut bénéficier de ce crédit suivant sa solvabilité donc … elle peut auprès de ses autres amies dire que vraiment, son problème, voila comment elle l’a résolu ; donc pour la MECREF, ça donne une certaine crédibilité et ça fait que la MECREF vraiment s’agrandit et ça permet aux autres gens de venir parce que pour nous, qu’est-ce qu’on veut, on veut arriver à une autonomisation de la femme. Et vraiment la MECREF est là pour les femmes parce que c’est une banque qui a été créée par les femmes et pour les femmes. Hamado Madame, vous avez le crédit pèlerinage et vous avez aussi le crédit scolarité. En quoi consiste ce crédit ? Katangué Au moment de la rentrée scolaire, un peu avant la rentrée scolaire, le crédit scolarité permet aux mamans d’inscrire leurs enfants vraiment à l’école parce que vous savez que maintenant la scolarité, elle est payante donc ça permet à la mère d’inscrire son enfant, de ne pas avoir l’enfant là à la maison à ne rien faire. Et des fois même les hommes n’ont pas accès à certains crédits et vous voyez donc la mère elle a accès … Donc vraiment c'est pour la famille, pour le mari et la mère et des fois même, ce n’est même pas des femmes mariées, c’est des femmes divorcées et les enfants sont avec elles, elles supportent toutes les charges … et même s’il y a le mari, de toutes façons quand on partage les dépenses, je crois que c’est une très bonne chose mais il y a une spécificité pour la scolarité parce que pour les femmes salariées qui ont domicilié leurs salaires à la MECREF, elles n’ont pas besoin de garanties pour avoir leur crédit et vraiment ça les satisfait beaucoup et il y en a beaucoup qui adhèrent à ce crédit-là. Hamado Quel est le montant alloué ? Katangué Bon, le montant il est toujours le même parce vous savez, il y a des femmes qui veulent inscrire leurs enfants… elles cherchent des bourses pour les enfants et elles veulent les inscrire à l’extérieur donc ça va de 500 000 à cinq millions. Fin de la bandeen_US
dc.description.abstractLa microfinance diversifie de plus en plus ses services en proposant des transferts d’argent, des assurances ou des crédits nommément destinés à un usage spécifique : c’est le cas de la MECREF au Niger.en_US
dc.language.isofren_US
dc.publisherCTAen_US
dc.relation.ispartofseriesProgramme de radio rurale 08/4, Radio Ruraleen_US
dc.titleD'autres innovations en microfinance : les crédits pèlerinage et scolaritéen_US
dc.typeAudioen_US
cg.subject.ctaINSTITUTIONS ET SERVICESen_US
cg.identifier.statusOpen Accessen_US
cg.contributor.affiliationTechnical Centre for Agricultural and Rural Cooperation
cg.placeWageningen, The Netherlandsen_US
cg.coverage.regionAFRICAen_US


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record