Show simple item record

dc.contributor.authorTechnical Centre for Agricultural and Rural Cooperation
dc.date.accessioned2015-03-26T12:10:36Z
dc.date.available2015-03-26T12:10:36Z
dc.date.issued2001
dc.identifier.citationCTA. 2001. Les communautés aux commandes. Spore 92. CTA, Wageningen, The Netherlands.
dc.identifier.issn1011-0046
dc.identifier.urihttps://hdl.handle.net/10568/62634
dc.descriptionL’article de Spore 90 sur la gestion de l’irrigation 'Qui doit tourner le robinet?' a fortement attiré l’attention de Beruk Kabtamu, responsable du suivi et de la planification pour le programme de la Fédération luthérienne mondiale en Éthiopie. Il a reproduit l’article dans leur rapport annuel (oui, vous pouvez republier un article, il suffit de mentionner Spore). De plus, il nous informe que des projets de protection de l’eau et des sols ont été mis en œuvre depuis 1985 dans 115 unités de petite irrigation pour la production agricole et 12 micro-barrages essentiellement destinés à l’élevage et à la pêche. Les paysans de ces villages n’ont plus à souffrir de la sécheresse. Ils peuvent faire au moins trois récoltes par an. Leurs revenus ont augmenté et leur sécurité alimentaire est assurée. Chaque projet est développé dans un village de façon intensive pendant deux ans puis est suivi pendant deux autres années. Alors, qui tourne le robinet ? Les demandes proviennent des communautés. Après études de faisabilité et autres études techniques, le rôle et la participation des communautés, depuis la planification jusqu’à la réalisation, sont clairement identifiés et font l’objet d’un accord. Une fois les travaux de gros-œuvre terminés, avec la participation des communautés, les agriculteurs sont formés aux techniques d’irrigation agricole, de gestion de l’eau et de maintenance des structures et des canaux. Dans beaucoup de zones rurales, les communautés font traditionnellement appel aux Abba Melak ('pères de l’eau'). Dans ces zones, le projet renforce leur rôle en les intégrant dans des comités de l’eau, avec de bons résultats en termes d’équilibre hommes/femmes. Dans les zones où ces structures traditionnelles n’existent pas, le projet constitue ces comités et assure la formation de leurs membres. Lorsque les projets passent le relais aux populations, ce sont ces comités de l’eau qui gèrent la distribution de l’eau, assurent la maintenance et règlent les conflits, avec une assistance minimale des autorités locales et des synodes locaux de l’École évangélique Mekane Yesus d’Éthiopie. Ce système fonctionne bien. Les dispositifs installés sur les sites i l y a plus de douze ans en témoignent. Ils continuent de fonctionner à la satisfaction générale, en utilisant le système communautaire de gestion.
dc.description.abstractL’article de Spore 90 sur la gestion de l’irrigation 'Qui doit tourner le robinet?' a fortement attiré l’attention de Beruk Kabtamu, responsable du suivi et de la planification pour le programme de la Fédération luthérienne mondiale en...
dc.language.isofr
dc.publisherCTA
dc.relation.ispartofseriesSpore, Spore 92
dc.sourceSpore
dc.titleLes communautés aux commandes
dc.typeNews Item
cg.identifier.statusOpen Access
cg.contributor.affiliationTechnical Centre for Agricultural and Rural Cooperation
cg.fulltextstatusFormally Published
cg.identifier.urlhttp://spore.cta.int/images/stories/pdf/old/spore92f.pdf
cg.placeWageningen, The Netherlands


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record