Show simple item record

dc.contributor.authorTechnical Centre for Agricultural and Rural Cooperation
dc.date.accessioned2015-03-26T12:16:24Z
dc.date.available2015-03-26T12:16:24Z
dc.date.issued2002
dc.identifier.citationCTA. 2002. Un désir biologique de gagner. Spore, Spore 97. CTA, Wageningen, The Netherlands
dc.identifier.issn1011-0046
dc.identifier.urihttps://hdl.handle.net/10568/63280
dc.descriptionLes rues de Londres sont pavées d’or, disait, il y a trois cents ans, un conte anglais sur un paysan venu à la ville. Il semble qu’aujourd’hui les gens ont envie de croire que les rayonnages des épiceries de Londres, New York, Milan et Tokyo sont bordés d’or. Ils n’ont peut-être pas entièrement tort. La demande occidentale pour les fruits et légumes bio pousse les producteurs des pays ACP et d’ailleurs à s’organiser pour prendre pied sur ce marché d’avenir. Pour ce faire, plus de 170 négociants, producteurs, chercheurs et représentants d’organismes d’appui se sont retrouvés à Port-of-Spain, Trinité et Tobago, pour une conférence sur la diversification des exportations agricoles par le développement de l’horticulture biologique. Ils venaient du Cameroun, de Malaisie, de 17 pays et départements caribéens, de 11 pays d’Amérique centrale et du Sud et de 8 pays d’Amérique du Nord et d’Europe. L’étude sur les marchés mondiaux des fruits et légumes biologiques (voir Publications) commandée par la FAO, le Centre international du commerce et le CTA a été présentée à cette occasion. Ces institutions organisaient la conférence en collaboration avec le Centre pour le développement de l’entreprise, l’Institut interaméricain pour la coopération agricole, CAB International et le ministère de la Production alimentaire et des Ressources maritimes de Trinité. Les débats animés ont débouché sur des propositions concrètes pour des normes nationales, des certifications régionales, des services d’information et des mesures spécifiques pour les petits producteurs désireux de se convertir au biologique. Mais n’auraient-ils pas oublié quelque chose? Des études empiriques, menées fin 2001 dans plusieurs villes occidentales, montrent que les espaces de vente de produits biologiques sont en diminution ; la croissance du marché marque peut-être le pas. Mais c’est un marché, et si vous le pouvez, vous devez essayer de le capturer.
dc.description.abstractLes rues de Londres sont pavées d’or, disait, il y a trois cents ans, un conte anglais sur un paysan venu à la ville. Il semble qu’aujourd’hui les gens ont envie de croire que les rayonnages des épiceries de Londres, New York, Milan et Tokyo...
dc.language.isofr
dc.publisherCTA
dc.relation.ispartofseriesSpore, Spore 97
dc.sourceSpore
dc.titleUn désir biologique de gagner
dc.typeNews Item
cg.subject.ctaAGRICULTURE EN GÉNÉRAL
cg.identifier.statusOpen Access
cg.contributor.affiliationTechnical Centre for Agricultural and Rural Cooperation
cg.fulltextstatusFormally Published
cg.identifier.urlhttp://spore.cta.int/images/stories/pdf/old/spore97f.pdf
cg.placeWageningen, The Netherlands


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record