Show simple item record

dc.contributor.authorTechnical Centre for Agricultural and Rural Cooperation
dc.date.accessioned2015-03-30T07:17:23Z
dc.date.available2015-03-30T07:17:23Z
dc.date.issued2002
dc.identifier.citationCTA. 2002. Des points de repère pour les négociations. Avril 2002. CTA, Wageningen, The Netherlands.
dc.identifier.urihttps://hdl.handle.net/10568/64329
dc.descriptionLors de la Journée des droits de l'Homme, (21 mars), L'Assemblée parlementaire mixte ACP-UE a adopté à l'unanimité une Déclaration sur les négociations futures de nouveaux accords commerciaux ACP-UE. Cette déclaration s'efforce de fixer quelques repères en vue des prochaines négociations commerciales, pour s'assurer ainsi que les futures négociations ACP-UE contribuent effectivement au développement durable axé sur la lutte contre la pauvreté et aident à la transformation structurelle des économies ACP. La Déclaration de Cape Town porte sur les aspects suivants : * les objectifs à promouvoir à travers les nouveaux accords commerciaux ; * les principes à respecter ; * l'approche à adopter lors des négociations ; * les problèmes d'accès au marché qu'il faudra résoudre ; * la nécessité de faire face aux contraintes liées à l'économie de l'offre ; * l'importance de traiter les questions fiscales induites par les associations de libre échange ; * la nécessité de parler des effets externes de la politique agricole commune. Concernant en particulier les échanges commerciaux de produits agricoles entre les pays ACP et l'UE, les signataires de la déclaration réclament : * la suppression des restrictions qui subsistent en matière d'accès au marché de l'UE, notamment là où il n'y a aucun risque de déstabilisation du marché européen et où les pays ACP 'ont un intérêt immédiat ou potentiel en termes de production et d'exportation' ; * des mesures communautaires de sécurité sanitaire des aliments conçues de manière à 'minimiser les coûts supplémentaires que doivent supporter les petits producteurs et exportateurs ACP' ; * des 'consultations à propos de la mise en application des normes sanitaires et phytosanitaires et d'autres réglementations qui a pour effet d'entraver les exportations des pays ACP, et ce, afin de faciliter l'entrée des produits ACP sur le marché européen tout en tenant compte des préoccupations sous-jacentes de l'UE' ; * 'une révision complète des instruments et accords institutionnels actuels régissant l'octroi de l'aide, contre des mesures visant à alléger les contraintes de l'économie de l'offre qui pèsent sur les pays ACP' ; * la reconnaissance de l'impact de la réforme de la PAC sur les pays ACP ; * une 'évaluation complète des répercussions éventuelles du processus actuel de réforme de la PAC dans les différents pays ACP' ; * la mise en place de mécanismes de consultation 'lorsque les effets externes de la réforme de la politique agricole commune portent atteinte aux intérêts commerciaux fondamentaux des pays ACP', de manière à 'minimiser les conséquences négatives de cette réforme sur les économies ACP' ; * la conclusion de nouveaux accords commerciaux qui minorent les effets préjudiciables de la réforme de la PAC sur le développement des industries ACP de transformation agroalimentaire à forte valeur ajoutée. Comment: A l'heure actuelle, les premières instructions élaborées par la Commission en vue des négociations d'accords de partenariat économique ne font absolument pas référence aux effets externes de la PAC qui constituent, pourtant, un point essentiel des futures négociations commerciales ACP-UE. Le processus de réforme de la PAC a été explicitement engagé dans le but d'améliorer la compétitivité par les prix des exportations européennes de produits agricoles transformés ou non. Ce qui risque d'aggraver les tensions concurrentielles sur les marchés ACP. Dans ce contexte, les projets d'association de libre échange pourraient avoir de graves conséquences sur le développement structurel des industries agricoles et de transformation agro-industrielles des pays ACP. De plus, le processus de réforme de la PAC va considérablement diminuer l'attractivité du marché de l'UE pour les exportations ACP, puisque les prix européens s'alignent progressivement à la baisse sur ceux du marché mondial. D'où une érosion des avantages financiers que les États ACP tirent aujourd'hui de l'accès préférentiel au marché de l'UE. Rien que dans le secteur du sucre, par exemple, une baisse de 25% du prix communautaire entraînerait une perte de revenu de 250 millions de dollars par an pour les exportateurs de sucre des pays ACP. Par conséquent, il faudra bien que les effets externes de la réforme de la PAC soient au coe ur du débat dans toutes les négociations commerciales futures ACP-UE.
dc.description.abstractLors de la Journée des droits de l'Homme, (21 mars),...
dc.language.isofr
dc.publisherCTA
dc.relation.ispartofseriesAgritrade, Avril 2002
dc.sourceAgritrade
dc.titleDes points de repère pour les négociations
dc.typeNews Item
cg.subject.ctaMARKETING
cg.subject.ctaCOMMERCE
cg.identifier.statusOpen Access
cg.contributor.affiliationTechnical Centre for Agricultural and Rural Cooperation
cg.fulltextstatusFormally Published
cg.identifier.urlhttp://agritrade.cta.int/fr/Archives/Newsletter-Agriculture/2002/Avril-2002
cg.placeWageningen, The Netherlands
cg.coverage.regionACP
cg.coverage.regionAFRICA
cg.coverage.regionCARIBBEAN
cg.coverage.regionPACIFIC


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record